27 octobre 2018

Groupe d’opposition
(Texte transmis par l’opposition)

Dans la Voix du Nord du 3.10.2018, M. Cayet déclare que 938 logements sociaux sont recensés a St Nicolas soit 43% du parc habitation. Il précise également il n’y a rien de gênant à avoir ce type de logements. Il était loin de tenir le même discours quand il était dans l’opposition. Il est bien entendu nécessaire de construire des logements sociaux, mais il conviendrait qu’ils soient mieux répartis au sein de la CUA. Pour sa part, St Nicolas a largement le quota de 20 % fixé par la loi alors que 13 communes n’en proposent aucun. Certaines préférant même s’acquitter d’une pénalité. On se demande pourquoi ? Au fait où en est on des « oubliés de l’ANRU » désignés comme tels par M Cayet qui avait promis, au moment des élections, qu’il s’occuperait rapidement des immeubles Kassel, Kemmel, Gris Nez compte tenu de la situation de leurs occupants ? Bientôt 5 ans de mandature et toujours rien sur la démolition de ces bâtiments. La volonté affichée de M. Cayet est de repasser le cap des 5 000 habitants et pourtant, pour lui, c’était loin d’être une priorité bien au contraire. Mais pour obtenir plus de dotation.il préfère la quantité à la qualité de vie à laquelle aspirent bon nombre de Médiolanais. La création d’espaces ludiques ou d’espaces verts, de quiétude et de convivialité pour mieux respirer et avoir un cadre de vie meilleur serait surement plus appréciée. Comment voulez vous que notre commune soit attractive si nous continuons à construire sur la moindre parcelle de terrain disponible ? Il faut arrêter de bétonner à tout va ! Récemment lors d’une réunion avec les associations sportives, certaines se plaignaient de ne pouvoir pratiquer correctement leurs activités par manque d’espace, de salles et autres. Voila un domaine où il faudrait axer ses efforts pour le bien être des nos habitants et des enfants qui se voient refuser l’accès à la pratique d’une activité sportive. Au fait les impôts fonciers et taxes d’habitation sont arrivés dans vos boites aux lettres, vous avez pu constater une augmentation de ceux-ci en particulier la taxe GEMAPI, augmentation votée favorablement par M. Cayet ce qui se traduit encore par une perte du pouvoir d’achat.

Le groupe d’opposition


Groupe majoritaire

Une fois de plus nous sommes gratifiés des mêmes reproches uniquement basés sur la polémique et la mauvaise foi.

Mais peu importe, alors que nous sommes arc-boutés et vigilants dans la gestion quotidienne notamment, des dépenses de fonctionnement nous poursuivrons la feuille de route que nous vous avons proposée en 2014 et notamment sur le choix de nos investissements.

Pourquoi ? :
Comme convenu vous remarquerez que le taux des taxes des impôts ménages dont nous avons la seule responsabilité n’a pas évolué comme annoncé. C’est vérifiable sur vos feuilles d’impôts.
Nous sommes par ailleurs très fiers de nos Investissements :
▶ Le terrain de foot synthétique et peut-être aussi l’effet coupe du monde nous amènent une belle augmentation des effectifs jeunes et avec le Sporting club nous prenons les dispositions pour assurer l’accueil de qualité. De plus nous constatons une évolution notable sur la motivation des enfants, ils viennent pour jouer au foot et non pour passer le temps.

▶ Les travaux d’améliorations de l’accueil pour les salles de basket et la gestion éducative du club appréciée et encouragée par les instances sportives régionales viennent de faire exploser les effectifs des écoles de basket. Là aussi quel plaisir de voir évoluer ces jeunes dans les salles de Bonne Humeur.

▶ La nouvelle salle d’évolution et sa cour de récré de l’école Desavary/Dutilleux qui s’insèrent judicieusement dans le site Corot et le restaurant Maurice Carême, apportent aux enfants un plaisir supplémentaire et un confort d’enseignement indiscutables et même reconnus par les services de l’éducation nationale et les élus des communes voisines.

Les faits sont bien présents, visibles, accessibles à toute la population n’en déplaise aux grincheux.

La ville attractive se construit grâce à la politique municipale menée par le groupe majoritaire, mais aussi avec les partenaires, les services et les associations et croyez bien qu’avec eux Saint-Nicolas-lez-Arras poursuit son ascension au sein du territoire communautaire, avec et pour seuls juges : les Médiolanais et la considération que nous leur apportons.

Pour le groupe majoritaire
Alain CAYET
Maire de Saint-Nicolas-lez-Arras

28 avril 2018

Groupe d’opposition
(Texte transmis par l’opposition)

Dans le MAG précédent, nous vous avons fait part d’un article publié dans le mensuel « SOFOOT » intitulé : « les terrains de football synthétiques seraient ils cancérigènes». Ce sujet évoqué récemment dans l’émission  » Envoyé Spécial « est édifiant. M. Cayet s’est empressé de sortir notre intervention du contexte pour faire croire aux personnes atteintes d’un cancer que nous voulions polémiquer sur ce sujet. Voilà comment il réagit lorsqu’il refuse le débat. Et là, son attitude méprisante et son indifférence resurgissent. Notre but n’est pas de faire peur, mais d’appliquer tout simplement le principe de précaution en affichant dans les vestiaires des recommandations comme porter des manches longues, se débarrasser des billes sur le terrain pour éviter de les amener à la maison etc. ce que d’autres municipalités ont mis en place. Lors du C.M du 26.03.2018 il nous a été présenté la clôture du budget 2017 et le budget primitif 2018 que nous n’avons pas voté. M. Cayet et son adjoint aux finances M. Bras poursuivent pour la cinquième année consécutive une politique d’austérité alors que la Clôture du budget de Fonctionnement 2017 laisse apparaitre un excédent de 3.245.894 d’euros reporté au budget de fonctionnement 2018 ce qui le porte à 7.871.711 d’euros. Alors pourquoi supprimer une semaine de centre de loisirs en Février ? Nous avons sollicité une augmentation des subventions pour les associations de notre commune. Réponse de l’adjoint aux finances: les associations n’ont pas besoin d’argent elles n’ont rien demandé ! Nous avons également souhaité une baisse des tarifs de cantine en particulier pour les fratries. Réponse de M.Cayet: hors de question, nous pratiquons les tarifs les plus bas des communes environnantes, ce qui est totalement faux. Quand nous demandons, c’est un refus systématique. Nous estimons sans faire de démagogie qu’il faut desserrer les cordons de la bourse. Tout faire pour notre jeunesse nous en sommes convaincus, mais il ne faut pas oublier le reste de la population. Il faut redynamiser les activités de nos ainés (repas dansant de fin d’année, voyages, réunions festives etc.)Pour les tranches d’âges intermédiaires (sorties festives, voyages, rencontres etc..) Pour les scolaires rétablissons les classes de neige, les colonies etc.)
Enfin nous invitons le maire à parcourir la commune pour constater son état de propreté pour le moins édifiant.


Groupe majoritaire

L’opposition se pose de nouveau en donneur de leçons. Sous prétexte de vacances ce groupe ne participe pas à la plus importante des réunions de conseil municipal de l’année où justement la loi prévoit de débattre des grandes orientations financières, sociales, culturelles, sportives, des politiques intercommunales et communales menées par la commune de Saint-Nicolas-lez-Arras. Bien souvent ces opposants ne participent pas non plus aux commissions dont le rôle est de faire des propositions au conseil municipal.

ALORS qu’ils ne méritent que le camp des amateurs. Soyons indulgents avec eux. Car ce groupe aurait pu poser des questions :
- sur le déroulement des futurs centres de loisirs : deux semaines à Pâques, 7 semaines en juillet et août ;
- sur le retour aux quatre jours d’école comme 99 % des communes du département ;
- sur le maintien des taux de fiscalité locale en 2018 pour la quatrième année ;
- sur le non-recours aux emprunts qui hypothèquent l’avenir ;
- sur la recherche acharnée de subventions (État, Région, Département) ;
- sur la mise en place de nouvelles organisations des services municipaux ;
- sur les investissements : nouveau bâtiment pour les services techniques, rénovation de l’éclairage public, vidéo protection ;
- sur l’étude de construction d’un bâtiment (en lieu et place des préfabriqués Bonne Humeur qui accusent une quarantaine d’années de bons et loyaux services) pour les aînés, les javeloteux, les associations, la salle de convivialité, et avec en plus le club de Force athlétique ;
- sur les projets de lotissements (Bekaert, Vigala, Chanteclair) ;
- sur le projet de Val de Scarpe mené avec la Communauté urbaine ;
- sur nos politiques culturelles et les nombreuses animations menées au centre culturel Chanteclair : repas solidaires, animations musicales, festival de Rock, ateliers divers, divertissements pour tous les goûts et tous les âges ;
- sur les financements accordés aux élèves des écoles pour qu’ils soient dans les meilleures conditions d’apprentissage ;
- sur le programme des prochaines fêtes communales de Pentecôte menées par Notre Cité en Fête ;
- sur la grande manifestation qui s’annonce le 15 juillet prochain avec le passage du Tour de France cycliste ;
- sur les manifestations du souvenir autour du centenaire de l’Armistice de 1918.

C’est vrai que la gestion municipale d’aujourd’hui demande des réflexions, de la vision, de l’efficacité, un programme, une autre façon de penser les politiques publiques, mais avec toujours présent à l’esprit le souci d’apporter le meilleur service aux citoyens d’aujourd’hui et à ceux de demain ; voilà ce à quoi nous nous employons dans cet environnement en pleine mutation.

Pour le groupe majoritaire
Alain CAYET

 

23 février 2018

Groupe d’opposition
(Texte transmis par l’opposition)

Lors du Conseil Municipal du 29.01.2018, nous avons interpellé le Maire sur des questions qui dérangent.
Pourquoi une semaine de centre de loisirs au lieu de deux aux vacances d’hiver? Il nous a répondu :
« Nous n’avons pas tous les éléments pour le budget 2018 ». Il est donc loin de se préoccuper du souci que rencontrent les parents pour la garde de leurs enfants. Et Pourtant ne martèle t– il pas sans cesse :
 » Notre priorité c’est la jeunesse ». Vous avez la preuve que non. A force de vouloir faire des économies, ce sont les enfants qui en pâtissent. Curieusement il a tous les éléments pour financer pour plus d’un million d’euros un équipement pour reloger les services techniques. Allez comprendre. Surtout que bon nombre de prestations relèvent désormais de la compétence de la CUA.
Concernant la location des salles pour évènements familiaux, vous devez en faire la demande et vous acquitter d’un coût de location. C’est la règle à St Nicolas. Mais cette règle ne s’applique pas à tous le monde ; en effet le Maire qui fait du clientélisme vient d’accorder à titre gratuit le hall de la maternelle Grenier à certaines personnes pour festoyer le week-end. Encore deux poids deux mesures.
Les terrains de foot synthétiques seraient –ils cancérigènes ? Une enquête publiée dans un mensuel spécialisé  » SO FOOT  » de novembre 2017 révèle que plusieurs études pointent la dangerosité des granulés de caoutchouc utilisés sur ces terrains. Ces grains élaborés à partir de pneus recyclés contiendraient jusqu’à 190 substances toxiques et en particulier des hydrocarbures aromatiques polycycliques dont certains sont cancérigènes. Ces particules s’infiltrent partout : dans les chaussures, les cheveux, les sous- vêtements et les plaies. Le Sénat a interpellé la Ministre des Sports en demandant de bien vouloir lui faire part de sa position sur cette situation qui pourrait être lourde de conséquences pour la santé des joueurs. Nous élus d’opposition affirmons qu’il serait irresponsable de ne pas appliquer le principe de précaution et la moindre des choses serait d’informer les utilisateurs. Le Maire et les élus de la majorité ne désirent pas communiquer et se retranchent derrière les normes européennes.

Les élus de l’opposition


Groupe majoritaire

 

L’opposition s’enfonce un peu plus dans le ridicule et surtout n’hésite pas à lancer une polémique en s’appuyant sur une des plus graves maladies du siècle, le cancer, qui détruit tant de vies et de familles. C’est finalement insultant et révoltant pour les personnes qui luttent avec tant de courage contre cette horrible maladie.

En tout cas nous poursuivrons notre projet communal et nos projets d’investissement sans nous laisser distraire avec pour objectifs : SOLIDARITE, JUSTICE et HONNETETE.

La salle d’éducation sportive de Desavary vient d’être livrée. Elle complète harmonieusement comme nous le souhaitions le complexe COROT.

La réalisation est parfaite et très prochainement nous vous ferons partager ce petit bijou au service de nos jeunes écoliers
Comme de nombreuses communes de la circonscription l’école maternelle du groupe scolaire DESAVARY-DUTILLEUX, compte tenu d’une baisse annoncée des effectifs, sera composée de deux classes au lieu de trois à la rentrée de Septembre 2018. Cette suppression avait été reportée d’une année par le fait de la fusion des 2 écoles et cette décision, déjà annoncée à l’époque par l’éducation nationale, est aujourd’hui confirmée. A ce sujet il faut être très clair et écarter toute vile polémique : ce n’est ni la commune, ni le maire qui ferme une classe mais un arrêté de monsieur le directeur académique des services de l’éducation nationale du Pas de Calais par délégation du recteur qui supprime un poste maternel à l’école Desavary-Dutilleux.

Néanmoins l’éducation, l’enseignement restent nos priorités et que ce soit au groupe scolaire Grenier ou celui de Desavary-Dutilleux avec les enseignants et les parents d’élèves nous voulons les meilleurs apprentissages pour nos enfants et leur total épanouissement. Pour y arriver nous déployons des politiques culturelles, éducatives, sportives, et cultivons avant tout la bonne entente favorisant la paix scolaire, plutôt que sans cesse vouloir démolir et critiquer sans la moindre réflexion.

Après les consultations d’usage, le conseil municipal, les conseils des parents d’élèves des trois écoles ont approuvé le retour aux quatre jours d’école. Ce n’est pas étonnant quand on voit au niveau local et national qu’environ 80 % des communes retourneront à la semaine des 4 jours. Cependant nous prendrons les dispositions pour accueillir les enfants dans les activités péri scolaires avec le souci d’aider les parents en préservant les prix et la qualité des activités proposées aux enfants.

Pour le groupe majoritaire
Alain CAYET

 

25 octobre 2017

Groupe d’opposition
(Texte transmis par l’opposition)

Dans l’Edito du Médio Mag de septembre, le Maire publie des déclarations consternantes. En effet, avant de conclure que notre commune est attractive, tranquille et bien vivante, il fait état et dénonce à juste titre les voitures qui brûlent ou qui sont endommagées, les incivilités comme les déjections canines, les jets de mégots et de poubelles par les fenêtres, les dépôts sauvages de déchets, les vitesses excessives, le tapage nocturne ainsi que les graffitis. Vu sous cet angle, effectivement elle est bien vivante notre commune, mais pour ce qui est de la tranquillité ?.. il ne faut pas s’étonner que les personnes en quête de logement préfèrent, quand elles ont le choix, opter pour une autre ville que St Nicolas.
Il déclare également : « nous avons, en qualité de citoyens, des droits et des devoirs ». Nous sommes tout à fait d’accord. Encore faut-il qu’il applique cette doctrine à lui-même dans la mesure où il ne donne jamais suite aux remarques soulevées par les habitants dont nous lui faisons part. Mais comme il ignore les élus de l’opposition… !
Durant sa campagne électorale, A. Cayet disait aux habitants des Bâts Kassel, Gris Nez, Kemmel : on vous a oubliés… je m’occuperai de vous ! Plus de trois années ont passé et qu’en est-il des belles promesses ? Et bien Pas de Calais Habitat n’envisage pas de rénovation. Bien entendu A. Cayet va nous dire maintenant : « ce n’est pas moi qui décide ». Rappelons que l’ancienne municipalité avait prévu elle de mettre en place l’ANRU 2 pour ces bâtiments.
Dans le cadre de l’ANRU, l’ancienne municipalité avait porté le projet de création d’une passerelle enjambant la Scarpe. On peut se réjouir que la Communauté Urbaine l’ait pris en considération et les travaux viennent de démarrer. C’est un point positif pour les modes de déplacement doux vers Arras. Le montant de ces travaux est de 310 000 euros subventionnés pour 37 % par l’ANRU, 13 % par le FEDER, 9 % par l’État et 41 % par la CUA.


Groupe majoritaire

 

L’opposition change de rédacteur (trice), mais rien ne s’arrange dans la recherche « de la petite bête » bien au contraire cela s’enfonce…
Tout d’abord le groupe d’opposition se permet de critiquer les dizaines de nouveaux habitants qui arrivent régulièrement sur la commune par choix et apprécient l’attractivité de Saint-Nicolas et son environnement. Pour leur information, la commune compte très peu de logements vacants, plutôt un bon signe.

Au prix de nombreux sacrifices, nous sommes en train de rebâtir une commune que l’opposition a contribué à affaiblir durant 13 ans.
Nous arrivons à redresser la barre et à doter la commune des équipements nécessaires au développement des actions et activités sociales culturelles sportives.
Les locataires des bâtiments Kemmel/Cassel/Gris-Nez sont bien informés des intentions du bailleur Pas-de-Calais habitat, de la Communauté Urbaine d’Arras et de la commune concernant le devenir de ces immeubles et ce, grâce aux nombreuses réunions publiques que nous avons organisées sur le sujet et dans la plus grande transparence. Le site s’inscrit bien dans le projet de renouvellement urbain piloté par la Communauté Urbaine d’Arras.

Enfin, au sujet de la passerelle enjambant la Scarpe, si la C.U.A. a écouté l’ancienne municipalité, c’est tant mieux.

Heu ! Le rédacteur de l’opposition a écrit 310 000 euros, mais le projet est estimé à 3 171 178,27 euros – pas pareil – s’il en faut une, voici la preuve de leur ignorance des affaires communales.

De plus, ce ne sera pas une, mais deux passerelles qui permettront à nos habitants et ceux de l’agglomération de traverser en toute sécurité la Scarpe et notamment au niveau de l’écluse.

Finalement, tout ne va pas si mal dans notre commune et je vous invite à fréquenter le centre social et culturel Chanteclair, les animations proposées, le terrain de foot synthétique, la cantine de Corot, prochainement la salle d’activités du groupe scolaire Desavary / Dutilleux, voilà du vrai, du concret et surtout beaucoup de considération pour les Médiolanais qui, comme nous, aiment leur commune.

Pour le groupe majoritaire
Alain CAYET
Maire de Saint-Nicolas-lez-Arras

16 décembre 2016

Groupe d’opposition
(Texte transmis par l’opposition)

Lors du Conseil Municipal du  12/09/2016, M. Cayet a proposé une délibération en vu de la constitution d’une association de préfiguration pour la mise en place d’une régie de quartier intercommunale (Arras, St  Laurent, St Nicolas, Achicourt et Beaurains) destinée à embaucher des chômeurs habitant les quartiers en difficultés. Le but : favoriser le parcours d’insertion professionnelle des personnes les plus éloignées du monde du travail. Selon ses dires  cette association ne coûtera rien à la ville. Nous ne l’avons pas voté car la régie de quartier relève du passé. Souvenez vous, avant 2001 une telle structure existait déjà à St Nicolas et sa disparition due à une faillite a occasionné des dégâts humains et financiers. Cette création, contrairement à ce que prétend le maire, va inévitablement concurrencer les associations d’insertion existant dans l’Arrageois et conduire  à aggraver leur situation, certaines éprouvant déjà des difficultés.
Lors du dernier  Conseil  Municipal, une seconde délibération intitulée création d’une association de préfiguration d’une régie de quartier (fonds d’amorçage)  nous a été soumise. De nouveau nous ne l’avons pas votée. De plus, alors que ça ne devait rien coûter à la commune, le maire annonce l’attribution de 2 000 € à cette association. Cherchez l’erreur… Nous n’avons aucun renseignement sur son mode de fonctionnement si ce n’est que seuls les chômeurs habitant le quartier Chanteclair seraient concernés. Et les autres  alors ? Où est le lien social ?  Pourquoi  pensez-vous que St Laurent se soit retirée d’un tel dispositif ! Curieusement nous avons découvert que le président de cette  Association n’est autre que M. Cayet. Tiens !…Tiens !…
Une régie de quartier proposant un temps partiel pour distribuer des magazines ou entretenir des espaces verts si c’est çà le retour à l’emploi !… On est loin d’un véritable parcours d’insertion professionnelle! Il faudrait plutôt  redonner à ces personnes le goût d’apprendre par une formation professionnelle adaptée.
Dans ce climat morose et difficile, nous vous souhaitons de passer de bonnes fêtes de fin d’année et que 2017 vous apporte santé joie et bonheur.

Le groupe d’opposition


Groupe majoritaire

C’est incroyable !..

Sans la moindre réflexion, enfermée dans la critique aveugle et systématique, l’opposition montre une fois de plus le peu d’intérêt porté aux politiques publiques locales. De plus, aujourd’hui, ces flèches s’adressent aux demandeurs d’emploi les plus éloignés de l’emploi, les plus fragiles, ceux qui rencontrent le plus de difficultés malgré leurs inlassables recherches.

Où est le mal ?

La régie de quartier qui démarre à peine apportera un soutien supplémentaire aux chercheurs d’emploi des quartiers d’Achicourt, d’Arras, de Beaurains et de Saint-Nicolas-lez-Arras. Comme dans ces trois communes, le chômage à Saint-Nicolas est très important.On y dénombre 487 demandeurs d’emploi dont 54 % en longue durée. Ce fléau concerne également en majorité des femmes et des jeunes.

Accueillir, écouter, informer !..

Pour apporter toutes les informations sur les possibilités d’emplois, les formations, la conduite d’un projet professionnel, nous venons de doter l’espace social et culturel Chanteclair d’un dispositif « Coup de Pouce» piloté par Artois Emploi Entreprise et la Communauté Urbaine d’Arras. Avec des permanences quotidiennes de Mission Locale, de Pôle Emploi et de toutes autres structures dédiées à l’accueil des demandeurs d’emploi, chaque personne en situation professionnelle difficile doit trouver : l’accompagnement informatique, le renseignement, l’orientation, et se sentir écoutée individuellement dans cette structure.
Toujours y croire !..

La situation économique est compliquée, le chômage de masse reste bien présent, mais à Saint-Nicolas-lez-Arras, en toute modestie, nous souhaitons apporter avec la Communauté Urbaine d’Arras, Pôle Emploi, Artois Emploi Entreprise et de nombreux partenaires, une aide et des solutions pour repartir sur le chemin de l’emploi.

Nous voulons aussi offrir les meilleures conditions pour retrouver une place dans la société, une dignité, voilà notre engagement.

Pour le groupe majoritaire
Alain CAYET

28 octobre 2016

Groupe d’opposition
(Texte transmis par l’opposition)

Le maire a fait savoir qu’il n’était pas intéressé par une vice présidence à la Communauté Urbaine. Comment peut-il avoir si peu d’ambition pour sa commune au point de ne pas aller la défendre au sein de cette institution où tout se décide ? En matière de sécurité, le maire n’a pas son pareil.

Dans un article de la VDN du 3 septembre, le journaliste faisait état des difficultés que rencontrent les bus qui se croisent rue R Briquet générant de l’insécurité. Ce problème a été évoqué lors des réunions de quartiers où les riverains avaient souhaité l’étude d’un plan de circulation. Le 7 septembre le maire répondait que la scène relatée était un cas rarissime. À croire qu’il ne circule jamais dans cette rue ! Les bus d’Artis ne croisent pas que les cars scolaires : il y a aussi poids lourds, camionnettes et engins agricoles, mais le maire préfère que ceux ci montent sur les trottoirs, ça fait ralentir dit t-il ! Alors riverains de la rue R Briquet prenez garde en sortant de chez vous sachant que pour le plan de circulation c’est statu quo comme dans beaucoup d’autres domaines.

La bonne gestion des deniers publics c’est l’étude sérieuse des dossiers, la réalisation d’équipements durables et surtout un suivi efficace des chantiers. Cela n’a pas été le cas pour la liaison douce. Nous nous sommes procuré le dossier technique que le maire s’était bien gardé de nous communiquer et là surprise !…déjà qu’il a choisi l’entreprise qui proposait une offre plus élevée de 9 000 euros que la moins chère, nous avons relevé des quantités largement surévaluées sans que le maire réagisse. Quant à la réalisation, outre les malfaçons  et des prestations non réalisées, on constate que dans la rue du Bois le cheminement piétons ne sera jamais emprunté et pour cause…

Dans la partie circulation de la rue de l’Egalité, la suppression des bordures va favoriser la vitesse et le cheminement piétons sert en fait de parking. Quant à l’herbe qui pousse déjà au travers du macadam, pas étonnant dans la mesure où les enrobés ont été posés par endroit sur de la terre, ce que des riverains ont d’ailleurs constaté. Aussi lors du dernier Conseil Municipal nous avons fait part de ces observations, demandé des explications et communication du détail de ce qui sera réglé à l’entreprise.


Groupe majoritaire

Leur tribune étant anonyme voici qu’un nouveau chevalier blanc de l’opposition se pose des questions concernant les pouvoirs d’un vice-président de la Communauté urbaine d’Arras. Il a une bien piètre idée du fonctionnement démocratique de cette importante intercommunalité. Les décisions sont prises en réunion de conseil de communauté et non pas à quelques-uns comme il le pense, dans le secret des bureaux. Avec Gisèle Catto nous portons la voix de la commune, mais aussi celle du territoire et notre présence aux réunions est assidue, constructive, polie et irréprochable. Dans ce cadre nous pouvons rassurer l’opposition, il n’y a l’exercice d’aucune tutelle sur la commune de Saint-Nicolas-lez-Arras.

Au sujet de la circulation difficile rue Raoul Briquet, une rue que je connais bien et pour cause j’y habite, il me semble que cette rue n’a pas rétréci depuis notre élection de mars 2014. Pourquoi nous rendre responsables de tous ces maux, alors que pendant 13 longues années (2001-2014) rien n’a été fait pour remédier aux difficultés exagérément dénoncées ? Il faut rester sérieux…

La circulation des Poids Lourds de plus de 3,5 tonnes vient d’être interdite sur toutes les rues de la commune (sauf aux véhicules autorisés, pour les livraisons et celle des engins de nos 3 agriculteurs) c’est déjà un mieux avec la circulation. Nous privilégions toujours l’intérêt public et non comme certains l’intérêt privé voire de circonstance.

Pour la bonne gestion des deniers publics, nous n’avons pas de leçons à recevoir et prochainement nous prendrons le temps d’expliquer à la population ce que cela veut dire…
Pour les questions soulevées au sujet de la liaison douce nous confirmons aux inquiets que le marché de travaux a été attribué dans le respect des règles et que toutes les précautions sont prises pour assurer la bonne fin du chantier. Pour la totale information, je signale que l’opposition s’est peu exprimée en réunion sur ce sujet préférant comme d’habitude polémiquer par plaisir et par écrit après coup. C’est vrai que pour exister quand on n’a rien à dire il faut mépriser et affirmer n’importe quoi.

En tout cas les riverains qui empruntent cette nouvelle voie piétonne, éclairée, propre et sécurisée, nous communiquent leur satisfaction et pour nous c’est l’essentiel.

Pour le groupe majoritaire
Alain CAYET

24 juin 2016

Groupe d’opposition

(Texte transmis par l’opposition)

Chers concitoyens, A Cayet prétendait qu’Annie Cardon se cachait derrière des femmes et des hommes qui allaient poursuivre une politique municipale pour eux, ignorant totalement la situation sociale de la commune. Que fait-il en la matière ? Faire du social c’est remettre les femmes et les hommes au cœur des projets de la société pour rétablir les liens distendus entre chaque personne et groupe qui la composent. C’est un projet de société qui répond aux besoins de chacun et non qui oppose les uns aux autres comme sait si bien le faire notre maire.
Il prétendait vouloir faire des économies ! Mais lors du conseil du 6 juin, il propose l’élection d’un nouvel adjoint au motif suivant : l’activité municipale se développe. Pourtant c’est tout le contraire qui se produit puisque la commune perd de nombreuses compétences au profit de la CUA. Nous avons voté contre considérant qu’il est préférable de penser « emploi » en créant des embauches comme aux services techniques qui n’arrivent plus à assurer l’entretien de la commune. Mais la majorité a préféré faire un cadeau à l’un de ses élus. Rappelons que les indemnités du maire, des adjoints et des conseillers délégués représentent la somme de 103 000 euros prise sur le budget de la commune.
Toujours dans le domaine des économies si chères a notre maire, notons l’attribution du marché de la liaison douce entre la passerelle et la rue R Briquet pour 193 990 euros HT après avoir éliminé, pour des motifs futiles, l’entreprise qui a remis l’offre la moins élevée soit 184 977,14 euros HT. Le maire prive ainsi la commune de 9 000 euros d’économies. Bravo !
Lors d’une réunion de quartier, une habitante demande ce qu’il en est de la salle familiale de Chanteclair. La réponse du maire est des plus navrante dans la mesure où il considère que si vous invitez plus de 50 personnes vous êtes riches et dans ce cas vous pouvez louer ailleurs. Alors médiolanais pour vos communions, mariages ou autres réunions, réduisez votre famille ou le nombre de vos amis. Notre maire lui ne semble pas être concerné à croire qu’il n’a pas beaucoup d’amis !
Bonnes vacances à tous sans oublier ceux qui resteront à St Nicolas en espérant que le soleil soit généreux pour venir éclairer leur quotidien.
Le groupe d’opposition.


Groupe majoritaire

Ce ne sont sûrement pas les phrases toutes faites (sorties d’internet), qui n’ont pas de sens (voir édito ci-dessus) qui fondent notre action quotidienne.
Nous sommes au travail entièrement mobilisés pour faire progresser Saint-Nicolas.
Toutes nos politiques publiques s‘adressent à l’ensemble de la population des différents quartiers et s’inscrivent pleinement dans notre projet municipal celui qui a été largement accepté lors des élections de mars 2014. Nos engagements sont tenus.
Nous les exposons clairement lors des réunions publiques de quartiers qui rencontrent beaucoup de succès, voire des applaudissements… n’en déplaise à certains.
Vous le savez les dépenses communales ont bien baissé et les recettes ont retrouvé un peu de couleur, mais il faut rester prudent et pragmatique dans les dépenses de fonctionnement et bien cibler et prioriser nos investissements.
Selon sa stratégie habituelle le groupe d’opposition lance une nouvelle polémique relative à la création d’un 6° poste d’adjoint au maire (Saint-Nicolas pourrait en compter 8) pour encore être au plus près et au service des habitants.
Lors de la dernière réunion du conseil municipal, pourquoi sont-ils CONTRE cette création tout à fait légale et POUR le montant des indemnités de fonction quand l’équipe majoritaire les a déjà baissées de 15 % et encore réduites pour garder la même enveloppe inscrite au budget ?

UN ADJOINT DE PLUS = ZÉRO AUGMENTATION DES DÉPENSES

Quant au fonctionnement de la commission d’appel d’offres nous rappelons simplement que cette instance travaille dans la plus stricte légalité. Cette commission présidée par le maire est composée d’élus des deux groupes et de personnes qualifiées (représentant des services de l’État, du comptable public, d’expert éventuellement). Cette commission respecte les procédures et les modalités de la consultation d’entreprises et celle-ci ne confond pas (comme certains le souhaiteraient…)
« moins disant » et « mieux disant ».
C’est notre responsabilité, c’est l’intérêt de la commune et nous assumons les décisions.
Après la période des vacances, nous reprendrons nos réunions publiques, venez nous rencontrer pour échanger et nous vous rendrons compte en toute transparence de nos actions et du développement de votre commune.

Pour la majorité,
Alain CAYET